Aller au contenu principal

Votre rendement n’est pas si important

Votre taux de rendement est une force essentielle dans la magie des intérêts composés mais il n’a pas autant d’importance qu’on veut bien lui prêter. Bien-sûr qu’il faut battre l’inflation et même plus mais il n’est pas primordial de rechercher le meilleur placement pour atteindre ses objectifs, surtout dans les premières années de votre portefeuille.

 

La quantité avant la qualité

 

Cela semble contre-intuitif mais beaucoup de choses sont ainsi en finance. Il vaut mieux accumuler beaucoup, en masse, le plus vite possible avant de se soucier de la qualité de son taux de rendement. Dans cet article je décrivais comment la quantité d’actions que l’on possède permet des rendements meilleurs même en cas de forte volatilité et de marché plat. Logiquement, pour obtenir le plus d’actions possibles lorsque l’on débute, il vaut mieux espérer que les marchés soient en chute. Tous les investisseurs entre 20 et 40 ans devraient maudire les périodes de hausse de prix et se réjouir des chutes. Quand les prix des actions baissent de 10 ou 30%, c’est un rabais exceptionnel et il faut, pardonnez-moi l’expression, s’en gaver. Ce qui veut dire qu’il faut investir lorsque tout le monde pense que les actions et la bourse ne sont pas de bonne qualité et lorsque les taux de rendement sont négatifs.

Passif ou actif?

Si vous investissez activement avec seulement 10 ou 15 actions dans votre portefeuille, vous ne pouvez pas vous permettre de chercher la quantité d’abord. Vous devrez rechercher les meilleures actions, faire une estimation (c’est toujours là le problème), et investir dans de la qualité. Lorsque cette qualité chute, il faut une bonne dose de confiance en votre propre jugement pour être sûr que la chute n’est que momentanée. Soyons honnête, avoir le bon jugement tous les jours, pendant des années, cela n’arrivera pas à la moitié d’entre nous. Dans ces conditions, à -20 ou -30% (ce qui arrive plus souvent avec 10 actions qu’avec 10 000), il est plus difficile émotionnellement de se dire « je vais acheter plus de quantité. » Voilà pourquoi les courtiers ont inventé l’ordre de stop loss qui est pas mal populaire. Vous achetez et vous dîtes à votre courtier de vendre automatiquement dès qu’une baisse de x% est détectée. Rien de mieux pour vous rassurer en vous faisant payer encore plus de commissions sur vos transactions et en limitant constamment la quantité. Une fois la vente faite, vous attendez la reprise avec vos liquidités (si le titre n’est pas remonté le jour même), vous ratez le début de la hausse et vous rachetez (BAM nouvelle commission) quand c’est cher et encore plus risqué de rechuter. Et parfois, parfois, hé bien heureusement que vous avez vendu car le titre ne remonte jamais.

Encore une fois, avec une stratégie passive et ce genre de modèles de portefeuille, vous possédez le marché donc vous ne craignez pas sa destruction totale. Vous savez que vous achetez quelque chose qui va remonter. Quelque part vous avez de la qualité. Certes pas le top top de la qualité car vous possédez les meilleures actions ainsi que les mauvaises mais vous pouvez en consommer sans modération.

 Investir en perdant

Investir en perdant a très peu d’importance quand vous raisonnez en termes de quantité. Je suis toujours dans la perspective de quelqu’un qui débute avec rien ou peu. Prenons Jin, un jeune investisseur dans la trentaine qui veut se lancer. Il a 5 000$ pour débuter, il veut investir 100$ par mois, il ouvre un compte et se demande comment obtenir un taux de 9%. Après avoir lu cet article, il décide plutôt de comparer différents scénarios de son taux contre sa capacité d’épargne après 10 ans:

En faisant l’exercice Jin calcule qu’avec son plan initial de 100$/mois à 9% il aurait au final 31 753$. Mais il réalise aussi qu’en augmentant son épargne de 50% (sa quantité) à 150/mois, il aurait la même somme en prenant moins de risque à 5%. Finalement en doublant sa quantité à 200$/mois, il suffirait qu’il place son argent dans un simple compte d’épargne à 1,5% pour finir avec la même somme. Jin décide donc de ne pas se contenter de 100$/mois mais d’investir le plus qu’il le peut surtout tant qu’il est jeune et, il vise toujours le 9%.

À ce stade de sa carrière d’investisseur, Jin doit surtout se concentrer sur ses propres finances personnelles avant de se soucier du rendement des marchés. Maîtriser ses dépenses, éliminer ses dettes et augmenter ses revenus pour dégager la plus grosse épargne possible devraient être sa priorité.

La qualité valorise la quantité

Retrouvons Jin 20 ans plus tard avec un portefeuille de 200 000$. Il investit dans des fonds mutuels vendus par sa banque avec des frais annuel de 2,5% qui rapportent en moyenne 6%. Il investit actuellement 500$/mois et il compte prendre sa retraite dans 10 ans après avoir atteint la somme de 500 000$. Il tente le même exercice que 20 ans plus tôt:

Jin atteint son objectif quoiqu’il arrive mais en visant un taux de 8% au lieu de 6 il l’atteindra en ne mettant que 500$/mois. Alors oui, il peut décider de doubler son épargne mais à ce stade de sa carrière d’investisseur l’impact sera moindre. Son taux a beaucoup plus de pouvoir maintenant qu’il a accumulé de la quantité. Alors, Jin devrait-il prendre plus de risques pour obtenir le 8%? Non, pas nécessairement. En échangeant ses fonds mutuels à 2,5% de frais contre un portefeuille d’ETF à 0,15% il augmentera son taux de 2,35%. Son nouveau rendement de 8,35% le propulsera plus rapidement vers son objectif sans efforts ni risques supplémentaires. Si Jin décide tout de même d’augmenter son épargne à 1 000$/mois, il bénéficiera de cette décision des années plus tard.

Conclusion

Il y a quelque chose d’un peu injuste à ce que l’effort doive être concentré sur nos jeunes années. C’est lorsque nous gagnons le moins d’argent, que nous avons des familles à construire et un emprunt immobilier à rembourser, qu’il faudrait théoriquement trouver le plus d’argent à investir. Mais c’est pour ça qu’il faut reconsidérer notre vision de la jeunesse. Si on a toute cette énergie et cette santé (pour la plupart) à cet âge c’est justement pour être capable d’accomplir cette prouesse. Ce n’est pas pour la gaspiller inutilement et brûler les réserves que l’on a. Si on y réfléchit bien c’est comme ça depuis qu’on est bébé. Plus on est jeune, moins on est conscient de nos efforts. Apprendre à lire, à compter et à parler sont des prouesses énormes et on est bon parce qu’on est jeune. Si on a été poussé à fournir des efforts pour maîtriser tout ça avant l’âge de 6-7 ans, le reste de nos études sera beaucoup plus facile. Alors à 20-30 ans c’est l’âge parfait pour consommer peu car on a besoin de peu. Ce n’est pas à 50 ans qu’on devrait prendre 2 emplois, dormir 4 heures par nuit et vivre sur l’os. Je sais qu’il y en a qui le font pour pleins d’autres raisons qu’avoir eu une jeunesse fougueuse et il n’y a pas de jugement de valeur dans cette phrase. C’est juste que si vous avez l’opportunité à 20 ans de mettre plus de chances de votre côté, faites-le.

C’est aussi pour cela qu’acheter une maison est quelque chose qui devrait être fait plus tard dans la vie. Lorsqu’on est jeune, on a besoin de flexibilité pour pouvoir se déplacer et saisir les meilleures opportunités. Une maison c’est bien lorsqu’on a déjà pas mal de certitudes familiales, professionnelles et financières. Alors profitez de l’énergie de votre jeunesse pour faire des sacrifices indolores à cet âge et maximisez votre pouvoir d’épargne, puis relâchez la pression et reposez-vous le reste du temps pour consolider vos excellentes bases. Ce n’est pas parce qu’on ne vit qu’une fois, qu’il faut mourir plus vite.

Un commentaire »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :