Aller au contenu principal

 L’étrange physique de la finance: votre épargne contre la gravitation

Voici venu le moment de parler des 3 autres forces obscures qui tentent de contrecarrer les meilleurs plans d’indépendance financière. Elles ont le pouvoir de détruire la magie des intérêts composés. Il est impossible de les éviter, ces forces agissent sur nous tout le temps, il faut d’abord prendre conscience de leur importance, puis essayer de les minimiser.

  • Les taxes – la gravité de la matière visible

person holding black pen

Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Si les taxes n’avaient pas d’importance sur les investissements, vous n’entendrez jamais parler d’optimisation, d’évasion ni de fraude fiscales. Je ferai un article plus tard juste sur les impôts pour expliquer comment ils fonctionnent et comment les optimiser. En attendant voici un exemple qui illustre comment les taxes peuvent tuer votre progression :

Jean gagne 50 000$/an et Michelle gagne 95 000$/an. Tous deux vivent en Ontario et chacun achète une obligation de 10 000$ à 2% (coupon) annuel pour 10 ans. Combien leur reste-t-il après impôts sur les 2 000$ de gains ?

Jean

Taux marginal total: 29,65%

Taux marginal provincial (9,15%) Taux marginal fédéral (20,5%) Taxe payée totale Gains net Rendement net
Taxe annuelle 18,3$ 41$ 49,3$ 150,7$ 1,5%
Total sur 10 ans 183$ 410$ 493$ 1507$ 1,5%

Michelle

Taux marginal total: 41,16%

Taux marginal provincial (12.16%) Taux marginal fédéral (29%) Taxe payée totale Gains net Rendement net
Taxe annuelle 24,32$ 58$ 82,32$ 117,68$ 1,17%
Total sur 10 ans 243,2$ 580$ 823,2$ 1176,8$ 1,17%

Michelle est clairement la grande perdante de cet exercice en cédant 41,16% de ses gains à l’état. Son taux net est à 1,17% alors que le brut était de 2%. Si elle investit sans prendre en considération son taux marginal d’imposition, elle sera toujours en arrière sans comprendre pourquoi.

Les taxes baissent votre taux et nous avons vu que le taux était la force qui avait le plus de potentiel pour augmenter votre richesse. Donc plus vous avez un gros salaire, plus vous devez viser un taux brut élevé pour atteindre un taux net satisfaisant. Or nous avons aussi vu que jouer avec des taux trop élevés risquait de tout faire exploser. Il y a deux solutions à ce problème. 1- Profiter des niches fiscales que le gouvernement met en place pour échapper à cet étau (crédits d’impôts, déductions, REER, CELI, REEE…). 2- Augmenter la quantité en épargnant plus. N’oubliez pas que plus vous avez de masse en terme de salaire, plus la gravité des taxes est forte. Alors votre effort pour vous en arracher doit être conséquent. Michelle gagne 1,9 fois plus d’argent que Jean, elle aurait sûrement dû investir 19 000$ au lieu de 10 000$.

Cependant, les taxes représentent ce bon vieux côté de la gravité que nous connaissons tous. Elles maintiennent une cohésion sociale comme la gravité de la matière visible maintient les planètes ensemble. Il y a des forces gravitationnelles bien plus obscures.

  • L’inflation – l’énergie noire illusionniste

dollar-inflation-balloon-business-finance-c9177d-1024

Comme les taxes, l’inflation agit sur votre taux mais de manière invisible. Elle se sert du temps pour se dissimuler. De nos jours, maintenue à des taux bas, l’inflation a une pression négative invisible mais bien réelle. Elle est preuve d’une certaine bonne santé de l’économie comme l’énergie noire dans l’univers qui accélère son expansion. Par contre, si vous oubliez que cette énergie agit sur votre épargne, vous vous endormez devant le tour de magie de la belle illusionniste. Elle fait disparaître votre argent non pas en changeant son montant, mais en changeant sa valeur. Vous croyez votre fortune toujours là? Non, elle s’est évaporée en substance en gardant un beau chiffre qui fait illusion. Chaque année votre argent perd entre 1 et 3% de sa valeur. À 2% d’inflation, ce que vous achetez en 2019 pour 100$ en coûtera 102 en 2020, 122 en 2029 et 181 en 2049. Et oui, l’inflation utilise aussi le pouvoir des intérêts composés mais contre vous.

C’est une énergie qui vous oblige à investir à des taux supérieurs et à prendre des risques. Tout investissement en dessous du taux d’inflation perd de l’argent. C’est pour cela qu’augmenter son épargne au minimum chaque année au même taux que l’inflation n’est pas une mauvaise idée. C’est aussi mieux quand les revenus augmentent avec le temps. Voilà pourquoi prendre des risques est quasi-obligatoire au long terme. Lorsqu’on calcule son rendement après inflation, on parle du taux ou du gain réel, une fois dissipée l’illusion de l’argent créée par cette enchanteresse maléfique. Toujours dans le cas d’une inflation à 2% en moyenne, il faut viser un taux brut de 9% pour atteindre un taux réel de 7%. N’oubliez pas vos taxes et votre taux réel net peut tomber à 6,5%. Commencez-vous à comprendre pourquoi il est si illusoire de penser qu’on peut atteindre des rendements élevés (du genre 15%) chaque année pendant 40 ans de manière constante ? Attendez, ça ne fait que commencer. La dernière force est largement bien pire!

  • Les frais – matière noire et trous noirs absorbeurs de matière

behemoth-black-hole-found-in-an-unlikely-place-dc893a-1600.jpg

Invisibles ou du moins bien cachés mais abondants, les frais peuvent expliquer bien des choses sur des anomalies observables dans votre portefeuille que les gravités conventionnelles des taxes et de l’inflation ne suffisent pas à expliquer. Il y a comme une matière noire à l’oeuvre que vous n’identifiez pas qui continue à peser sur votre taux.  Vous avez peut-être tout bien fait jusqu’ici. Vous avez investi, beaucoup, pendant longtemps, vous avez réussi à avoir un taux moyen net et réel de 5 ou 6,5% en optimisant vos taxes or, après maints calculs, vous trouvez qu’il y a une masse importante inexpliquée de votre argent qui devrait être là mais qui n’y est pas ?

C’est que vous avez probablement fait voyager votre portefeuille à proximité d’un trou noir super massif de frais bancaires et de commissions qui ont englouti pendant des années des portions entières de vos gains, agissant dans l’ombre, de manière indolore, sans pitié. « Mais non, me répondrez-vous! Mes frais de gestion n’étaient que de 2% ». 2% est un montant énormissime qui enraye à long terme la machine des intérêts composés. Maintenant pour avoir un taux réel net de 6%, il vous faut viser non plus 9 mais 11% et donc prendre des risques supplémentaires. Non, 2% est inadmissible. Ne placez jamais votre argent avec des frais pareils. Malheureusement la France et le Canada sont parmi les pays développés où la moyenne des frais est la plus élevée. Mais ce n’est qu’une moyenne, des alternatives sont là. Il existe des produits similaires entre 0,05 et 0,4% de frais. Tuez urgemment tous les frais au maximum.

Revoici Jean et Michelle qui placent 100 000$ (un héritage bienvenue) pendant 40 ans à 6%. Jean passe par son conseiller financier de sa banque et se fait vendre un fond en actions qui charge 2% de frais de gestion. Michelle fait ses recherches et investit elle-même en ligne dans un fond qui contient les mêmes actions que Jean, mais elle paye en moyenne 0,25%.

Années Jean % de gains perdus en frais Michelle % de gains perdus en frais
1 104 000$ 33% 105 750$ 4%
10 148 024,43$ 39% 174 905,62$ 5%
20 219 112,31$ 46% 305 919,75$ 7%
30 324 339,75$ 53% 535 070,84$ 8%
40 480 102,06$ 59% 935 868,96$ 10%

Non, vous ne rêvez pas. Dès la 1ère année Jean a déjà cédé 33% de ses gains à sa banque en frais. Sur les 6 000$ de gains possibles il ne lui en reste que 4 000, la banque ayant encaissé la différence de 2 000. Notez que Michelle n’a cédé « que » 250$. 2% de frais n’a rien d’anodin. Au bout de 40 ans, avec 0% de frais, les 2 auraient dû avoir 1 028 571,79$. Là où le trou noir des frais a absorbé 10% de la masse de Michelle, 59% de la masse de Jean a rejoint les rangs de la matière noire (autant dire qu’elle a rejoint les poches de son banquier). Cet argent ayant disparu, il pèse sur les performances du portefeuille de Jean car il ne peut plus générer d’intérêts les années suivantes. Voilà pourquoi la perte est exponentielle et augmente avec le temps par rapport à Michelle. Michelle termine plus riche de 455 766,9$ pourtant tous les 2 ont pris les mêmes risques. Voilà le prix de la confiance aveugle que l’on peut placer en son conseiller financier. Celui-ci a toutes les incitations du monde à vous vendre le produit le plus cher. C’est à vous de dire non merci.

La fusion des 3 sources de gravité : l’inutilité de l’effort et la rancoeur

Il n’y a pas de formule mathématique pour décrire l’effet combiné des taxes, de l’inflation et des frais. Tout ce que je peux dire pour conclure là-dessus est qu’il n’y a rien de pire que d’avoir épargné, fait des efforts en pensant agir de la bonne manière… pour avoir en fait perdu de l’argent tout ce temps. Oui, au final, celui qui n’a pas épargné a 0$ dans son compte mais il n’est pas surpris de ce résultat. Il peut même espérer que le gouvernement intervienne en sa faveur. Mais celui qui a mis tout son argent pendant des décennies dans des investissements prudents rapportant 3 ou 4%, qui a touché majoritairement des intérêts là-dessus taxés à un taux marginal compris entre 30-40%, et des frais à 2% sera probablement déçu de constater qu’il n’a rien gagné. Mais avec une inflation à 2% il ne réalisera peut-être même pas qu’il a en fait perdu beaucoup. À quoi bon se donner la peine? Dans la fable de la cigale et la fourmi, la fourmi sort vainqueur car elle n’a pas ces 3 forces contre elle. Ses efforts sont récompensés immédiatement car il n’y a pas d’inflation qui fait baisser la valeur de ses réserves. Il n’y a pas non plus de frais pour enrichir des fourmis banquières. Finalement, la reine de la fourmilière ne lève pas de taxes sur les réserves pour aller les redistribuer à la cigale qui n’espérait pas tant de récompenses pour si peu d’efforts. Au moins, si vous avez lu ces lignes vous êtes déjà avertis et je vous dirai tout sur comment réduire ces problèmes au minimum.

Mais n’oubliez pas que l’idée de l’indépendance financière n’est pas de s’enrichir pour s’enrichir. C’est d’atteindre votre but personnel et mieux vivre votre vie en mettant les problèmes d’argent derrière vous. Inutile d’en vouloir à la cigale de survivre à l’hiver grâce à vos impôts. Elle ne fait que survivre. Vous, vous recherchez le luxe absolu: le temps et la paix.

12 Comments »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :