Aller au contenu principal

Que faire avec votre épargne ? (partie 2)

L’épargne à moyen terme (3-10 ans)

 

L’épargne à moyen terme est souvent celle qui a le plus de sens pour la majorité des gens avec qui j’ai le loisir de discuter de ce genre de sujets. L’épargne à court terme est souvent remplacée par le crédit et celle à long terme est juste ignorée. En revanche, les buts que nous nous fixons à moyen terme sont souvent hors de portée du crédit (quoique…) et nous tiennent assez à cœur pour ne pas les oublier.

 

Que trouve-t-on derrière l’horizon ?

On parle d’horizon d’investissement pour désigner le temps que l’on se donne avant de réaliser notre objectif. Pour financer les études d’un bébé de 6 mois, on a un horizon quasiment à long terme de 18 à 22 ans. Pour une mise de fonds avant l’achat d’une maison on peut se donner 3 ou 5 ans. De même pour un mariage surtout si on tente de poursuivre tous ces buts en même temps.

 

Épargne réelle ou consommation dissimulée ?

Honnêtement, le moyen terme plaît surtout car bien souvent, ce n’est pas vraiment une épargne. C’est juste de la consommation différée. Un peu comme si votre épargne ne sert qu’à payer vos vacances. Dans ce cas il n’y a pas d’épargne, vous avez juste évité le crédit (ce qui n’est déjà pas mal vous me direz). Il s’agit plus de planification que d’investissement. Vous planifiez la naissance d’un enfant à moyen terme en anticipant la perte de revenus du congé maternité et les dépenses en plus. Vous planifiez le renouvellement d’une automobile pour ne faire ni leasing, ni crédit. Un vrai investissement moyen terme serait par compte d’épargner pour financer un retour aux études pour augmenter vos revenus. Alors arrêtez-vous sur un seul objectif qui vous tienne à cœur, réalisez-le et passez au suivant mais il ne doit jamais vous empêcher d’avoir votre épargne de précaution et votre épargne à long terme en même temps. Je ne vais évoquer ici que les objectifs qui offrent un certain avantage financier. Alors, où placer de l’argent à moyen terme ?

 

       1. L’achat immobilier

person giving keys on man

Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

C’est très difficile de donner une réponse générale ici. Certains biens nécessitent des mises de fonds énormes et d’autres sont bien plus raisonnables. Tout ce que je peux dire c’est que je vous encourage vivement à apporter au moins 20% du prix de la maison pour éviter des surcoûts. Il y a de quoi faire un article de blog entier sur pourquoi il ne faudrait pas mettre moins de 20%. J’y songe. En attendant, s’il vous faut épargner plus que 3 ans pour atteindre cette somme, il vaut mieux peut-être rester locataire ou envisager un autre quartier. À moins de 3 ans, un compte d’épargne à intérêts élevés suffit amplement. Ce n’est pas une mauvaise idée d’ouvrir un compte uniquement pour ce but, dans une banque différente à laquelle vous ne songez pas souvent, histoire d’oublier un peu cet argent et de ne pas être tenté. Transférez automatiquement une somme de votre compte chèque et laissez passer le temps.

 

       2. Les études d’un enfant

photography of people graduating

Photo de Emily Ranquist sur Pexels.com

À première vue, cet objectif n’offre pas d’avantages financiers particuliers. Après tout cet argent sera dépensé 10, 15, 20 ans plus tard. Mais si on y regarde mieux, la satisfaction d’aider ses enfants dans la vie n’est pas le seul bénéfice qu’on peut en tirer. Si on a la sagesse de commencer à épargner le plus tôt possible (dès la naissance de l’enfant), on profite de 20 ans de gains d’investissement sans impôts et avec un coup de pouce du gouvernement.

  • Le Régime Enregistré d’Épargne-Études (REEE)

Il vous le faut et il est incontournable sauf si vous aimez vous rendre la vie plus compliquée. Prenez l’acte de naissance de votre enfant et ouvrez ce compte. Chaque année le gouvernement vous reverse 20% de la somme que vous avez versée pour un maximum de 500$. C’est la Subvention Canadienne pour l’Épargne-Études (SCEE).

En d’autres termes vous versez 100$ en 2018 et vous recevez 20$. L’idéal est de verser 2 500$ pour bénéficier des 500$ maximum, soit 3 000$/an. Pas vraiment besoin de verser plus que ça. Il y a un plafond total de 50 000$. C’est de l’argent gratuit à saisir! C’est une bourse que le gouvernement veut offrir à votre enfant peu importe son origine et son niveau social de base. Il y a même une SCEE additionnelle si votre foyer gagne moins de 91 831$/an et encore une autre si vous gagnez moins de 45 916$/an. Cette bourse s’arrête lorsque l’enfant atteint l’âge de 17 ans. Si votre enfant ne fait pas d’étude il faut rembourser cet argent soit environ 8 500$ maximum sur 17 ans. Ce compte est trop souvent ignoré.

Le REEE est aussi surtout intéressant car il s’agit d’une enveloppe dans laquelle on peut faire les placements que l’on veut (ou presque). Pour le cas où vous commencez à épargner dès la naissance, avec un horizon de 18 ans pour les premiers retraits, il y a une certaine dose de risque que l’on peut prendre dans un REEE. Dans ce cas, on bénéficie de gains de capitaux et de dividendes plus importants, exonérés d’impôts, qui peuvent donner des sommes conséquentes. Si on se place dans cette optique, on réfléchit en terme d’investissement à long terme et cela demande des notions que j’aborderai dans un article futur.

 

Un commentaire »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :