Aller au contenu principal

Pourquoi voulons-nous économiser beaucoup d’argent?

Il y a sûrement une réponse psychologique obscure à cette question mais je vais vous donner celle qui est la plus simple et la plus claire à mon esprit et pour mon cas.

Je n’aime pas spécialement gagner de l’argent. Pour cela il faut travailler et c’est un peu contre nature pour moi surtout lorsqu’on fait quelque chose qu’on n’aime pas. Durant mes années d’étude à Nice entre 2003 et 2008 je ne travaillais qu’entre avril et septembre avec seulement juin, juillet et août à temps plein. Je gagnais environ 4 500 euro dans l’année et mon loyer de 400 euro/mois était couvert par des aides. C’était à peu près tout. J’aurais pu travailler plus, gagner plus et peut-être moins faire de musique et moins étudier. Mais j’ai toujours trouvé plus simple de juste vivre avec moins plutôt que de chercher à gagner plus. Tout ce temps je n’ai jamais réalisé que j’étais sous le seuil de pauvreté. Mais bien-sûr ce n’était pas dramatique car j’étais plus jeune, personne ne dépendait de moi et j’avais toujours à l’idée que je n’avais pas encore commencé la vie active. De plus, comment pouvais-je me sentir pauvre alors que j’avais toujours au moins 1 000 euro dans un compte d’épargne auxquels je ne touchais jamais? 100 euro était une fortune pour moi alors 1 000… Alors même si j’avais parfois faim, je savais que je n’en mourrais pas. Donc non. Je n’aime pas l’argent pour l’argent. Ce n’est pas ça qui me pousse à économiser 60% de mes revenus actuellement.

En réalité, j’ai clairement une forte envie d’indépendance depuis tout petit et le tout mêlé à une dose d’insécurité me force presque à devoir toujours économiser de l’argent peu importe ma situation. L’argent accumulé nous permet juste de nous affranchir de plusieurs contraintes de la vie moderne comme :

  • La crainte de ne pas recevoir la prochaine paie.

Je n’aimerais pas ça, mais notre niveau de vie n’en serait pas affecté avant quelques années.

  • La gestion des urgences.

L’argent n’empêche pas les catastrophes de la vie ou les petits ennuis, mais plus le temps passe, plus l’argent s’accumule, et moins nous avons besoin de dépenser en police d’assurance. Nous sommes notre propre assurance. Nous coûtons beaucoup moins cher et… nous ne nous refusons jamais une indemnisation.

  • Le coût de la vie.

Puisqu’on essaie d’économiser, l’augmentation des prix ne nous plaît pas non plus. Par contre quand l’essence, les légumes ou la viande augmentent et bien… ça se termine par un haussement d’épaule. J’insiste ici pour dire que cela a toujours été ainsi peu importe le salaire. Les choses coûtent ce qu’elles coûtent. À moins de vivre en hyperinflation ou en extrême pauvreté, il vaut mieux l’accepter et au pire, se concentrer sur comment avoir besoin de moins.

  • Les taxes et impôts.

Moins consommer implique payer moins de taxes. Bâtir un capital puis en vivre implique être imposé plus favorablement qu’avec des revenus du travail. De plus, un capital ça n’a pas de frontières…. le travail oui (ou du moins quand il quitte les frontières on ne peut pas facilement le suivre). Les impôts sont nécessaires. Lorsque les taxes ou les impôts augmentent, hé bien c’est comme pour le coût de la vie. On hausse les épaules.

  • L’obligation de faire ce qu’on n’aime pas ou qu’on estime mauvais.

Nous avons plus d’assurance face à nos employeurs et nous ne nous sentons pas obligés d’accepter de faire n’importe quoi. Cela n’a pas toujours été vrai par le passé. Une augmentation d’argent est toujours agréable, mais au final, elle va finir en épargne alors on ne court pas après non plus. Une menace de coupure ou de réduction? Vous l’aurez deviné : on hausse les épaules.

  • Le remboursement des créances.

Nous nous sentons indépendants face aux banquiers. Ce sont eux qui insistent pour nous garder et non nous qui les supplions de nous prendre. Nous ne leur devons rien que nous ne pouvons rembourser d’un coup si leurs termes ne nous plaisent pas. Nous ne sommes même pas obligés d’avoir à traiter avec eux. Les taux d’intérêt augmentent ? *haussement d’épaule*

  • Travailler pour vivre

Un jour (si tout se passe bien) nous pourrons carrément arrêter de travailler pour nous lancer entièrement dans d’autres activités sûrement moins lucratives… ou continuer… avoir ce choix nous plaît.

  • Toutes formes d’addictions

Économiser beaucoup sous-entend consommer moins. Forcément cela force à traquer les mauvaises habitudes de vie. Nous nous sentons aussi complètement affranchis des codes et contraintes de la société de consommation. Il y a un vrai sentiment de libération dans le renoncement à l’inutile.

  • Le stress ou le surmenage

Une partie de l’argent économisé finit tout de même par être dépensé en voyages ou en expériences qui comptent pour nous. Et plus il y a d’argent, plus les opportunités de découvertes augmentent (jusqu’à une certaine limite). En général, nous planifions l’été entre janvier et mars et l’anticipation nous rend assez excités jusqu’en juillet (un enfant de 2 ans aide encore plus à amplifier la chose). Au retour, les souvenirs que nous en retirons nous rendent heureux pendant des années et durent plus longtemps qu’une paire de jeans à 90$. C’est le meilleur anti-stress que je connaisse avec le sport.

Vous l’aurez compris, pour nous l’argent ne sert pas à être dépensé. Il sert à ne pas se laisser marcher sur les pieds, à dormir tranquille et à s’évader. Mais il sert aussi, quelque part, à flatter une certaine paresse chez moi qui m’incite à croire que le plus heureux est celui qui en fait le moins, mais qui arrive au même résultat voire à mieux. Mes parents, et tous les profs qui m’ont connu confirmeraient sûrement cela avec un soupir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :