Aller au contenu principal

Couches lavables – Notre bilan 15 mois après

Cette article n’est pas sponsorisé. Je ne donne que mon avis à partir de mon expérience. 

15 mois déjà. Je me souviens encore du jour où nous avons essayé ces énormes couches pliées et repliées pour s’ajuster à notre petit bébé qui sortait de la maternité. À cette époque, je me demandais si nous allions vraiment apprécier l’utilisation de ces couches si économiques et écologiques, mais qui nous demanderaient un peu de travail. Les mois ont passé et on s’est très vite rendu compte qu’on garderait nos couches lavables et je vous explique pourquoi. Il est maintenant l’heure de faire un premier bilan quant à cette expérience qui surprend encore beaucoup de gens de notre entourage.

  • Facilité d’utilisation 

Comme je l’avais expliqué dans un article précédent, nous utilisons des couches à poche, très pratiques et faciles pour pas se prendre la tête. Pour vous expliquer un peu, la couche imperméable contient un lange dans une poche. Le lange doit être inséré dans la poche avant de mettre la couche au bébé, et il faut le retirer avant de placer le tout dans le sac à couches sales. La couche se ferme avec des petits boutons pression qui permettent de l’ajuster à la taille de l’enfant. Ces couches sont donc évolutives de la naissance jusqu’à ce que l’enfant ait atteint l’âge de la propreté.

  • Durée de vie

Les couches de la marque Kawaii Baby sont d’une qualité remarquable ! J’ai du mal à croire qu’après autant de passage à la machine et au sèche-linge, elles soient toujours impeccables. Elles n’ont pas bougé depuis que nous les avons déballées de leur carton. Je ne sais pas si c’est le cas avec toutes les marques, mais celles-ci tiennent toutes leurs promesses. Après 15 mois d’utilisation :

 

  • Entretien 

Comme j’en parlais ici, l’entretien des couches lavables ne pose vraiment pas de problème. Pour rappel, je stocke les couches sales dans un sac lavable et je fais deux machines par semaines (couches + vêtements du petit) avec un cycle de prélavage – lavage chaud – rinçage à froid. Les couches passent ensuite au sèche-linge en cycle délicat. Ce point n’a pas changé d’un pouce en 15 mois. De temps en temps, une fois tous les deux mois à peu près, j’ajoute une dose de javel et un cycle de rinçage supplémentaire.

  • On aime ou on aime pas 

On m’a souvent demandé pourquoi nous avions fait ce choix de nous embêter avec tout ça. Les raisons sont multiples et assez simples à comprendre. Au delà du coût bien inférieurs à celui des couches jetables (même en comptant les machines en plus) et des avantages écologiques, je trouve les couches lavables tout simplement plus pratiques et agréables pour un petit. Je m’explique ! En vacances en France pendant l’été, notre petit canadien a vécu avec des couches jetables de marque et nous avons remarqué plein de choses qui nous ont déplu :

  • Il enlevait très facilement ses couches, et je vous laisse imaginer les problèmes que ça peut poser…
  • Les couches pendaient entre ses jambes dès qu’il faisait pipi, donc il fallait le changer bien plus souvent.
  • Les couches sentaient très mauvais rapidement. On sentait vraiment les odeurs de la couche, et ça, on ne connaissait pas.
  • Les fuites étaient courantes (surtout pour les selles) et il fallait souvent emporter des vêtements de rechange quand on sortait. Ça aussi, c’était une découverte pour nous.
  • Les couches jetables avaient du mal à tenir une nuit complète de 12-13h, contrairement aux inserts en bambou qu’on utilise dans les couches de nuit.

Tous ces petits inconvénients des couches jetables, pour nous, valent bien l’effort supplémentaire de l’entretien des couches lavables.

  • Les couches lavables à la garderie

J’avoue que pour ce point, nous avons la chance d’avoir une garderie flexible et tolérante  ! Les couches de note petit canadien sont très bien acceptées là-bas. Tous les matins, je place dans son sac fait exprès 3 ou 4 couches et tous les soirs je récupère le même sac et les couches sales. Les éducatrices me disent que ça ne change rien pour elles, puisqu’elles n’ont pas à manipuler les couches sales. Il suffit qu’elles les placent dans mon sac, au lieu de les jeter à la poubelle.

À vous maintenant de voir si ces couches conviendraient à votre mode de vie. De notre côté, nous allons continuer comme ça jusqu’à ce que notre fils soit propre !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :