Aller au contenu principal

Son entrée à la garderie

J’ai eu un congé maternité d’un an. Enfin presque. Comme la plupart des femmes au Canada, j’ai eu le droit à 52 semaines de congé maternité. J’ai arrêté de travailler à 37sa, épuisée, j’ai eu mon petit à 40sa + 5 jours et finalement, je suis retournée travailler quelques jours après ses dix mois.

Pour des raisons économiques, disons, j’ai fait le choix de ne pas profiter du dernier mois à la maison auquel j’avais le droit. Mon petit garçon a alors eu la chance de passer 6 semaines avec sa mamie (ma maman). Il s’est très vite adapté à ce changement, et moi aussi. Je me sentais bien au travail en le sachant avec ma mère, et je rentrais manger le midi avec eux. Donc au final, mon retour au travail n’a pas été un gros choc.

Mais à la fin de ces six semaines, quand ma mère a dû retourner en France, mon fils a commencé à aller à la garderie à temps plein.

La garderie… Depuis plusieurs mois, je l’y emmenais. On a commencé pour lui une adaptation très progressive. On y allait d’abord tous les deux, pour jouer et pour faire connaissance avec le personnel. Puis, après lui avoir dit au revoir, je le laissais 30 minutes, puis 1h, puis 2h. Au début une fois par semaine, puis deux fois. Et avant mon retour au travail, plusieurs matinées par semaines. À chaque fois, le résultat était le même : mon petit canadien pleurait, hurlait, tout le long. Imaginez alors mon angoisse au moment du départ de ma mère sachant qu’il allait passer ses journées à pleurer…

Certains proches, connaissant la situation, se sont posés des questions sur le personnel. Mais ayant passé des heures sur place, communiquant avec eux régulièrement, je ne doutais pas de toutes leurs bonnes intentions et de leur respect pour notre fils. Non, le problème était ailleurs… Le problème, si on peut appeler ça comme ça, c’est cette relation assez fusionnelle entre lui et moi. Il ne supportait pas qu’on soit séparé. Quand je restais sur place avec lui, il allait vers tout le monde, jouait, faisait des sourires, mais dès qu’il me voyait partir, c’était la crise de larmes jusqu’à mon retour. Peu importe les câlins, le doudou, le t-shirt avec mon odeur, le biberon de lait maternel… Rien n’y faisait.

Alors on a compris qu’il n’y avait rien d’autre à faire que d’attendre qu’il s’y fasse. Attendre que ça passe. Je n’allais pas démissionner. J’aime mon travail et je crois qu’un enfant gardé dans un milieu positif et sain peut apprendre plein de belles choses, des choses nouvelles qu’il ne ferait pas à la maison. Mais j’ai pleuré. Tous les jours après l’avoir déposé, je pleurais dans la voiture. J’ai pleuré au travail, un peu en cachette, mais aussi dans les bras de mes collègues qui passaient par là (et qui étaient passés par là). Ça a duré une grosse semaine, puis il n’a plus pleuré, il était seulement très malheureux (et ça me brisait tout autant le coeur).

Finalement, après trois semaines, il a commencé à jouer, à manger, à faire la sieste. Aujourd’hui, j’ai des photos tous les jours de lui là-bas, heureux. Je le vois manger de bon appétit à table avec ses petits copains, jouer dehors, rire avec les autres et surtout les nouvelles éducatrices de la garderie demandent souvent aux anciennes :

Il ne pleure jamais ce petit canadien ? Il est toujours de bonne humeur, facile à vivre et très câlin !

Et ça, ça me réchauffe mon coeur de maman ! Je garderai toujours un souvenir difficile de ces débuts, mais je suis fière de nous. On a réussi à s’adapter tous les deux et à garder notre complicité et nos petits moments à nous. Je suis heureuse de le savoir bien et de le voir apprendre plein de choses. C’est qu’en plus de ses apprentissages de petit bout, il apprend à parler anglais là-bas, ce n’est pas rien !

N’empêche que ces épreuves, ces étapes, rappèlent qu’être parent est loin d’être une chose toujours facile. Accrochez-vous, si vous vivez cette situation en ce moment, ça en vaut la peine.

Un commentaire »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :