Aller au contenu principal

Notre parcours pour devenir résidents permanents

Un petit article pas très amusant à lire, plutôt technique, mais qui pourrait servir à d’autres… 😉 

Pour mieux comprendre ce qui suit, quelques infos :

  • Au Canada, il faut un permis de travail pour… travailler ! Ils ont une durée limitée selon les conditions d’obtention et à part le PVT et le permis pour conjoint, le permis de travail nous lie à UN employeur. Ces permis sont très difficiles à obtenir, ils ne sont délivrés que d’après une liste d’emploi qui ont un besoin de main d’oeuvre au Canada.
  • Le PVT (permis vacances-travail) est un permis ouvert de 2 ans pour les jeunes de moins de 35 ans délivrable qu’une seule fois.
  • Le JP est un permis de travail de 2 ans pour les jeunes qui ont déjà un emploi au Canada.
  • La résidence permanente est comme la « green card » Canadienne. Elle est difficile et longue à obtenir, il faut remplir de nombreuses conditions listées ici.
  • Les conditions d’obtention de nos permis ont beaucoup changé entre 2009 (départ au Canada) et maintenant…

À notre arrivée au Canada en 2009, nous n’avions qu’un permis de travail de 9 mois, fermé pour moi et ouvert pour conjoint pour lui. Quelle est la différence entre les deux ? Un permis de travail fermé nous lie à un employeur et à un contrat précis : impossible de travailler plus ou de changer d’employeur. En revanche, avec un permis de travail ouvert on peut travailler n’importe où ! Ces deux permis sont difficiles à obtenir. Je n’ai eu le mien que par mon contrat avec l’université qui m’employait via un échange avec la France. Sans cette condition, je ne l’aurais jamais obtenu. Les permis de travail fermé sont délivrés qu’après une étude du marché du travail canadien, en gros, si un canadien peut occuper ce poste, pas de permis pour vous…

Bref, après quelques mois au Canada, nous avons compris que c’était LE pays dans lequel nous avions envie de nous installer. Il fallait juste trouver un moyen de rester… Ah, et aussi, finir de se former pour devenir prof. Nous avions tous les deux un master d’anglais, mais pas de capes, donc aucun diplôme suffisant pour enseigner au collège/lycée. Sur les conseils d’une amie canadienne, nous avons tenté notre chance en faisans une demande d’inscription à l’université d’Ottawa, dans le programme d’éducation en français. Peu avant la fin de nos permis de travail, nous avons reçu nos dossiers d’admission et nous avons pu commencer les prochaines démarches pour obtenir un permis d’études… Eh oui. Pour ce permis, il fallait prouver que nous avions bien été admis dans une université ET que nous avions les fonds suffisants pour vivre 1 an au Canada sans travailler. Un permis d’études n’est pas un permis de travail. Avec lui, on ne peut travailler que quelques heures par semaine sur le campus pour se faire un peu d’argent de poche, c’est tout.

Notre formation a duré un an. Un an pour devenir officiellement enseignants certifiés en Ontario. Malgré ce nouveau statut, il nous fallait maintenant retrouver un permis de travail… Grosse galère pendant près de 9 mois. Pour décrocher un permis de travail, il faut un emploi, n’est-ce pas ? Et pour signer un contrat il faut un permis de travail. La situation était presque insolvable et les jours passaient nous rapprochant de notre date officielle de fin de statut au Canada et donc d’expulsion. Finalement, la solution est venu de mon conjoint qui a décroché un emploi dans une école prête à attendre le permis de travail pour qu’il commence à travailler. Les démarches pour l’obtenir ont pris 4 mois, 48h avant la date de fin de statut, nous avons reçu nos nouveaux permis de travail : fermé pour lui et ouvert pour moi ! Par la suite, comme nos permis avaient une courte validité, on a enchainé sur un PVT (permis vacances-travail) auquel on avait droit, puis quand on a pu signer un vrai contrat de travail (du type CDI), un JP (permis jeune professionnel).

Pendant ce temps là, notre dossier de résident permanent envoyé en 2011 aux bureaux de l’immigration attendait sagement d’être étudié par les agents. Nous sommes devenus résidents permanents en 2014, après 3 ans et demi d’attente.

Et maintenant ? Nous attendons d’avoir atteint notre quota jours au Canada pour demander la citoyenneté. Ce ne sera pas avant janvier 2018 !

Si vous avez des questions, n’hésitez pas. Mais le mieux est de vous référer au site de l’immigration du Canada.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :